Merci de partager cette page sur vos réseaux…


- Chris Blackwell -
Fondateur de Island Records (Une courte biographie)

 


Chris Blackwell est né à Londres le 22 Juin 1937 d'un père irlandais et d'une mère issue d'une grande famille jamaïcaine (Les Lindo, qui possédaient notamment l'une des plus anciennes distilleries qui produisait le rhum Appleton) , et il passe une bonne partie de son enfance en Jamaïque. Lors d'un séjour aux USA en 1959 il tombe amoureux du jazz et devient proche de Miles Davis.

De retour sur son île, il décide de fonder son propre label de disques, Island Records. En 1962, les bureaux en sont déplacés de Kingston à Londres où le marché semble s'ouvrir à la musique jamaïcaine. Le premier grand succès arrivera en 1964 avec la chanson "My boy lollipop" de Millie, une petite jamaïcaine de 15 ans, qui devient un tube mondial.

Tandis qu'il accompagne Millie à un show TV à Birmingham, Chris découvre un autre jeune interprète de 15 ans, Steve Winwood, chanteur du Spencer Davis Group, qu'il signe immédiatement. Quand Winwood fondera son propre groupe Traffic en 1967, celui-ci deviendra le fer de lance du label, avec d'autres groupes britanniques comme Spooky Tooth, Free, etc. Et plus tard Cat Stevens, Procol Harum, Roxy Music (Island devenant distributeur de Chrysalis en GB).

Mais Blackwell continue bien sûr à s'intéresser à la musique de la Jamaïque. En 1971 il produit le film qui deviendra "The harder they come", inspiré par la vie du "rude-boy" Vincent "Rhygin" Martin, en choisissant Perry Henzell comme metteur en scène et Jimmy Cliff comme personnage principal. Un film qui contribuera largement à populariser le reggae, notamment aux EtatsUnis et en Europe. Puis en 1972 Blackwell réussit à persuader (avec l'aide de 4000 livres sterling paraît-il...) un Bob Marley encore peu connu à l'échelle mondiale d'enregistrer non plus des singles comme il en avait l'habitude, mais un album entier. Ce sera "Catch a Fire", premier fruit d'une collaboration qui se poursuivra jusqu'à la mort de Marley en 1981, et qui permettra au "message de Jah" de se répandre dans le monde entier !

En 1989 Island a été racheté par le consortium hollandais PolyGram. Blackwell, tout en gardant une supervision sur le label, a alors diversifié ses activités, créant notamment des hôtels et autres lieux de séjours paradisiaques en Floride et dans les Caraïbes. Il s'est aussi investi dans le cinéma (Nathalie Delon a longtemps été sa compagne), et dans l'internet. Mais il n'a évidemment pas abandonné la musique et le label a encore signé nombre d'artistes comme les Cranberries (Pour la signature de U2, Blackwell souligne modestement qu'il n'en a pas été le décisionnaire ! Ce qui n'empêche pas la plupart de ses bios d'affirmer le contraire...).

Intuitif et visionnaire, Chris Blackwell a mis ses grandes capacités d'homme d'affaires au service de la musique et il lui a beaucoup apporté, d'abord parce qu'il l'aimait profondément. D'ailleurs, il a aussi longtemps aimé partir sur la route avec ses artistes parce qu'il savait que c'était là que la musique vivait vraiment. On se souvient personnellement (et non sans fierté) d'avoir en 1973 transporté dans notre vieille deuche (2 CV Citroën) d'alors Steve Winwood et Chris Blackwell à travers Lyon (alors qu'un concert de Traffic venait d'y être annulé suite à l'interdiction de l'usage rock du Palais des Sports !). Ce qui tendrait à prouver que des milliardaires qui sont restés simples (et des génies de la musique dans le même cas), ça peut exister, même si c'est plutôt rare !

Serge D (2006)


Liens :

Et hors musique…


__xx ____x__ __

Quelques ouvrages (Images ci-dessus = liens Amazon.fr) :

The Story of Island Records : "Keep On Running" de Suzette Newman, Chris Salewicz, préfacé par Chris Blackwell

Et un autre sur l'histoire du reggae (en anglais), également préfacé par Chris Blackwell…

En français chez Allia, un livre de souvenirs des 60s (à rallonges) de Joe Boyd (le producteur), qui a beaucoup collaboré avec Chris Blackwell.
Plusieurs pages sont donc consacrées à celui-ci (181 à 184 notamment).

?Plus un autre livre qui évoque (forcément) Chris Blackwell : celui de Nathalie Delon… (de 2006) 

PS : On vient de créer une page Wikipédia en français sur Joe Boyd, mais il faudrait qu'on songe à améliorer celle existante sur Chris Blackwell (PS : Elle s'est heureusement "nettoyée" depuis, mais reste assez vide…).


Retour à la page Traffic sign TRAFFIC

ou

STEVE WINWOOD & ERIC CLAPTON
bannière

ou

Retour Page d'ACCUEIL de Stevie Dixon...
StevieDixon.com (vérif' Free)


 

**** ****